« Les réseaux de demain seront ouverts ou ne seront pas »
By   |  July 08, 2015

David Limery, Systems Engineer chez Brocade, revient sur les fondements des initiatives ouvertes, l’intérêt croissant que leur portent les constructeurs mais aussi et surtout les clients finaux ainsi que le rôle d’OpenStack dans les réseaux de demain.

Tour d’horizon des approches open source
Pour définir les initiatives open source et leurs origines, rappelons le mode de fonctionnement qui régissait le monde des réseaux jusqu’au début des années 2010. A l’époque, chaque équipementier proposait une interface de commande en ligne qui lui était propre. Le langage de programmation devait donc être adapté à chaque constructeur, entrainant une complexité évidente de gestion du réseau. Les choses commencent à changer à partir de 2010, avec la création de l’Open Network Foundation notamment, et la naissance d’approches open source, ayant pour but de rendre la communication entre les machines et les logiciels ouverte, quels que soient les constructeurs. Grâce à des API (Application Programmable Interfaces), les équipementiers ouvrent le potentiel d’utilisation de l’infrastructure à l’extérieur : les développeurs peuvent à présent utiliser les codes des constructeurs qui intègrent une approche ouverte pour créer des fonctionnalités encore inexistantes dans l’équipement par exemple. Ces nouvelles approches ouvertes offrent donc un potentiel énorme en termes d’innovation mais également de flexibilité, en levant les barrières des codes propriétaires, véritables freins au passage d’un équipement d’un constructeur à un autre.

Les initiatives ouvertes de plus en plus plébiscitées
Les clients veulent, en grande majorité, se tourner vers les initiatives ouvertes. Prenant en compte cette préférence, les constructeurs ont mis en exergue leur implication dans diverses communautés ouvertes. Si aucun constructeur ne se risque à proclamer que les approches propriétaires sont la solution, certains poussent pour des approches relativement ouvertes mais propriétaires plutôt qu’une ouverture totale et entièrement interopérable. La question de l’interopérabilité impactera pourtant certainement la manière dont les réseaux et les entreprises fonctionneront et évolueront à long terme.

Pour les défenseurs des approches ouvertes, les entreprises doivent être en mesure de faire coïncider leur infrastructure avec leurs besoins en étant libres de choisir les solutions qui répondent le mieux à leurs attentes, quelle qu’en soit la marque. Il faut pour cela que les technologies soient véritablement interopérables. Avec l’avènement du Cloud, l’initiative OpenStack fait des émules parmi une population variée : constructeurs, éditeurs, consultants, développeurs, DSI. Ayant pour objectif de trouver le moyen d’orchestrer les différents éléments qui constituent un datacenter ou un Cloud, OpenStack réunit des milliers de contributeurs. Régulièrement, de nouvelles versions d’OpenStack apparaissent, offrant des API plus diversifiées et plus nombreuses, contribuant ainsi à accompagner quiconque voudrait créer son Cloud. La dernière en date remonte à quelques semaines seulement avec la sortie de Juno.

Les réseaux de demain
Prenons l’exemple de Yahoo Japan. L’entreprise nippone utilise des produits compatibles avec OpenStack pour créer du load balancing as a Service (LBaaS) dans son infrastructure. En combinant le Dashboard et le framework LBaaS d’OpenStack avec les appliances Brocade ADX, Yahoo Japan parvient à simplifier et à automatiser la création de services de load balancing pour et par les administrateurs et les développeurs d’applications.

En utilisant OpenStack pour l’interconnexion de leurs datacenters, de nombreuses entreprises automatisent par ailleurs la création de tunnels de connexion entre les sites, chose auparavant uniquement possible manuellement.

Côté éditeurs, Brocade a lancé, dans sa fabric, une nouvelle application qui permet d’aligner la configuration du réseau avec un hyperviseur qui gère OpenStack de manière universelle et compatible avec les produits VMware. Les clients peuvent donc banaliser la configuration réseau des points d’attachements physiques des fermes de serveurs virtuels tout en automatisant en temps réel le provisionnement des paramètres réseau (VLANs, ACLs, QoS, …).

Avec une infrastructure intégrant OpenStack, l’orchestrateur SmartCloud d’IBM qui embarque des composants réseau dotés de la technologie de fabric Ethernet Brocade, offre aux entreprises des capacités d’élasticité de type scale-out pour répondre au plus près aux besoins applicatifs à la hausse comme à la baisse.

Ce ne sont que quelques exemples de ce qui commence à se mettre en place dans les organisations partout dans le monde. Demain, les réseaux seront ouverts à tous les niveaux. La flexibilité, l’agilité et l’évolutivité que les initiatives open source répondent aux enjeux croissants de connectivité et d’échanges de données.

© HPC Today 2019 - All rights reserved.

Thank you for reading HPC Today.

Express poll

Do you use multi-screen
visualization technologies?

Industry news

Brands / Products index