Sécurité : gros plan sur l’Internet des objets
By   |  April 07, 2016

Perspectives dans le secteur de la sécurité et de la vidéosurveillance : de nos jours, la plupart des magazines ou des sites Web traitant des technologies font la part belle à l’Internet des objets (IoT en anglais). Ce concept s’est imposé comme le mot à la mode par excellence, synonyme de révolution technologique annoncée, et le phénomène que tous les acteurs économiques espèrent s’approprier pour prospérer, depuis les constructeurs automobiles jusqu’aux fabricants d’électroménager.

L’Internet des objets constitue une véritable avancée en matière d’interconnexion d’appareils hétérogènes et de relations entre données largement disséminées. D’autant que les ramifications sont profondes dans le domaine de la sécurité et de la vidéosurveillance.

Incontestablement, le concept des caméras réseau a nettement évolué ces 20 dernières années. Pourtant, s’il fallait classer les principales tendances émergentes en 2016, les systèmes connectés figureraient toujours en haut du tableau. Pourquoi ? Parce que les fonctionnalités des systèmes IP sont en perpétuelle évolution, et que les fournisseurs de tous horizons continuent de découvrir de nouveaux moyens d’exploiter la puissance, la souplesse et l’omniprésence de la connectivité. Tandis que les dispositifs de sécurité IP se substituent inexorablement aux systèmes analogiques vieillissants, les produits de sécurité vont de plus en plus intégrer la quantité croissante d’informations produites par l’Internet des objets non seulement à des fins sécuritaires, mais aussi dans de nombreuses autres applications.

L’Internet des objets va permettre aux caméras réseau de penser et de prendre des décisions par elles-mêmes. Imaginez un maillage de caméras réseau qui interagissent entre elles pour alerter la caméra la plus proche qu’une personne ou un objet va bientôt entrer par la gauche dans le champ d’une scène. Les caméras compatibles IoT pourraient également être capables de prendre le relais lorsqu’une de ses congénères est endommagée ou aveuglée.

Internet des objets : des fonctions astucieuses aux solutions utiles
L’univers de la sécurité s’intéresse à un aspect plus prometteur des dispositifs IoT: leur mode d’interaction pour résoudre un problème concret. En premier lieu, un système IoT doit être facile à dimensionner, à installer, à gérer et à exploiter. Et il n’existe pas de recette universelle. Pour concrétiser tout le potentiel de l’Internet des objets, les fournisseurs doivent disposer d’un savoir-faire approfondi pour 1) cerner le mode d’interaction de chaque fonction ou composant, 2) concevoir une solution permettant de résoudre des problématiques spécifiques et 3) la proposer sous forme d’offre intégrée, dont la valeur de long terme dépasse la somme de celle de ses éléments pris séparément.

Ces conditions sont d’autant plus valables que les solutions de sécurité s’éloignent résolument de leurs racines, à savoir les caméras. Les frontières traditionnelles du secteur de la sécurité continuent en effet de s’estomper, notamment à cause de l’Internet des objets. Par exemple, les caméras réseau se rencontrent dans les secteurs de la gestion informatique des bâtiments, du renseignement commercial pour la grande distribution, voire de la recherche scientifique, avec l’analyse en temps réel des tendances de circulation et des déplacements de foule. L’Internet des objets ouvrira la voie à des systèmes hybrides qui regroupent des dispositifs hétérogènes, tels que caméras de vidéosurveillance, détecteurs de fumée, capteurs de gaz, bornes de contrôle d’accès et haut-parleurs, dans une même console de gestion.

En outre, l’interconnectivité des dispositifs offrira aux utilisateurs finaux un état des lieux plus complet sur une diversité de sites. En raison du volume croissant de données produites, partagées sur le réseau et, dans de nombreux cas, archivées et accessibles selon des modèles de cloud computing, il devient urgent de mieux protéger toutes ces données et ressources « virtuelles ». De nouvelles technologies et méthodes apparaissent pour renforcer la cybersécurité, en particulier pour les systèmes de sécurité en réseau et sur le cloud. Ces moyens sont indispensables à la protection contre les vulnérabilités telles que le piratage. Ils constitueront donc un volet important dans la conception et la mise en œuvre des solutions de vidéosurveillance et de sécurité physique.

Sécurité « as a Service » : l’émergence du cloud
L’informatique dématérialisée, ou cloud computing, a investi la plupart des secteurs, et celui de la sécurité et de la surveillance n’y a pas échappé. La sécurité est désormais proposée sous forme de service géré à distance. L’accès sécurisé à distance aux systèmes de sécurité va se généraliser, y compris auprès des utilisateurs finaux qui souhaitent profiter des avantages d’une surveillance en temps réel de leurs propriétés et événements sans y être physiquement.

Le stockage dans le cloud est aussi un front sur lequel les systèmes gagnent en efficacité dans ce modèle. Il est en effet possible de stocker des volumes de données beaucoup plus conséquents, de manière économique et sûre, dans des installations serveur prévues à cet effet, où les utilisateurs peuvent archiver la vidéo et les données associées pendant des périodes prolongées, tout en améliorant leur accessibilité.

Derrière la montée en gamme des caméras se profile le Big Data
D’après les analystes, la vidéo est aujourd’hui le type de données qui croît le plus dans le monde. Or, la vidéo produite par les systèmes de surveillance et de sécurité n’est pas étrangère à cette situation. Bien que ces volumes colossaux de données vidéo soient en majorité exploités à des fins de sécurité, ils s’affirment de plus en plus comme une source de renseignement commercial, la « business intelligence ». Il reste néanmoins à résoudre un problème de taille pour gérer et analyser efficacement ces « Big Data », c’est-à-dire les inépuisables quantités de données vidéo produites.

Effectivement, les applications traditionnelles de traitement de données ne sont pas dimensionnées pour manipuler les Big Data. C’est pourquoi l’on devrait observer une hausse des investissements en outils et en ressources de traitement des Big Data générées par les systèmes de sécurité.. Ces technologies sont capables de donner du sens à de grands volumes de données vidéo non structurées, permettant ainsi de mieux cerner les tendances et les constantes importantes.
Dans les années à venir, les avancées des systèmes de gestion vidéo (VMS) devraient permettre d’analyser les Big Data afin d’en extraire des événements, des individus, des lieux, des horaires, des couleurs et des mots-clés pertinents. Ces outils aideront les opérateurs du secteur à convertir les Big Data en informations essentielles pour appuyer les méthodes de prévention des pertes, le marketing, l’exploitation commerciale et le service clientèle.

Application des technologies sans fil
Des téléphones portables à la connectivité WiFi, les technologies sans fil ont révolutionné nos modes de vie. Nous connaissons déjà les avantages pratiques d’une surveillance à distance sur smartphone et tablette. Les systèmes de vidéosurveillance comptant jusqu’à une dizaine de caméras réseau sont intégralement gérables au moyen d’appareils mobiles, éliminant du même coup la station de travail nécessaire à l’exécution du logiciel de gestion vidéo. Pour les PME en particulier, ces systèmes abaissent nettement les contraintes de formation technique, les utilisateurs étant plus favorables à une appli pour smartphone qu’à un logiciel de gestion vidéo plus exhaustif sur un ordinateur de bureau. Ils réduisent également les frais de gestion et de maintenance.
À terme, les technologies sans fil vont conquérir le domaine de la sécurité et de la vidéosurveillance, soutenues notamment par les perspectives d’optimisation de l’activité et d’amélioration de l’expérience client.

Profusion de détails
Les opérateurs de sécurité ont un appétit insatiable de clarté et de détail dans les images produites par leurs systèmes de vidéosurveillance. Le constat est d’autant plus vrai que l’analyse vidéo intelligente est plébiscitée.

L’avenir sera donc incontestablement tourné vers l’amélioration continue des technologies mégapixel. En particulier, les nouvelles techniques de traitement des scènes mal éclairées multiplient les possibilités des caméras. Des applications et scénarios d’utilisation inédits sont désormais à leur portée. Principalement centrées sur l’extension de la plage dynamique des caméras, ces améliorations apportent également des informations plus détaillées, déchiffrables par l’analytique. De plus, la norme 4K Ultra HD, qui permet aux caméras réseau de capturer plus de détails, est en voie de démocratisation. Une caméra réseau HDTV ou mégapixel offre une résolution au moins trois fois supérieure à celle d’une caméra CCTV analogique. Quant à la résolution 4K Ultra HD, elle est quatre fois plus précise que HDTV 1080p.

Revers de la médaille, une résolution plus fine se traduit par une hausse des besoins en stockage. Pour y pallier, des algorithmes intelligents de compression vidéo permettent de réduire ces besoins en stockage d’au moins 50 % en moyenne. Pour ce faire, le flux vidéo de la caméra réseau est analysé et optimisé en temps réel. Les scènes contenant des détails intéressants sont enregistrées en qualité et résolution maximales, tandis que les autres zones sont éliminées pour réduire la consommation d’espace de stockage. Ainsi, les informations d’identification importantes comme les visages, les tatouages ou les plaques minéralogiques sont détectées pour être conservées, alors que les zones sans intérêt, tels que murs blancs, pelouses et végétation, sont allégées par lissage pour obtenir de meilleures économies de stockage.

L’analytique, cerveau des systèmes intelligents
Si les appareils IoT représentent les yeux et les oreilles de systèmes de plus en plus interconnectés, alors les technologies analytiques en sont le cerveau. L’année qui vient devrait amorcer la montée en puissance de techniques sophistiquées d’analyse audio et vidéo. Les systèmes de sécurité évolueront de la surveillance passive vers des systèmes intelligents de reconnaissance contextuelle, d’évaluation de situation et d’analyse.

Or, l’analytique dépasse largement le cadre de la sécurité. Par exemple, la grande distribution recourt de plus en plus à l’analytique vidéo pour obtenir du renseignement commercial, avec pour finalité d’optimiser l’aménagement des magasins, la disposition des articles ou les files d’attente aux caisses. Ces nouveaux usages apportent à la vidéosurveillance des catégories d’utilisateurs entièrement nouvelles.

A propos de l’auteur
Johan Paulsson est Directeur de la technologie, Axis Communications

© HPC Today 2019 - All rights reserved.

Thank you for reading HPC Today.

Express poll

Do you use multi-screen
visualization technologies?

Industry news

Brands / Products index