Ca bouge (un peu) dans les classements mondiaux
By   |  January 05, 2014

Fatalité intangible, compétition sans excitation ? Le premier des calculateurs mondiaux ce semestre est à nouveau le chinois Tianhe-2 avec ses 33 Pflops, loin – très loin – devant Titan, pour l’heure encore vaisseau amiral de l’ORNL américain, et ses 17 Pflops. Notons l’entrée surprise dans le top 10, à la 6ème place pour être précis, de Piz Daint (5,6 Pflops), le système CRAY XC30 du CSCS Suisse avec une efficacité énergétique de 2.6 Gflops / W. Ce n’est pas au sommet que le Top500 de novembre 2013 se renouvelle, c’est dans les couches intermédiaires. D’abord, on remarque de plus en plus de nouveaux systèmes pétaflopiques – 31 au total. Par ailleurs, le nombre de machines utilisant les technologies accélératrices, 53, n’a pas varié depuis juin : 38 sont choisi l’architecture NVIDIA Kepler, 13 l’architecture Intel MIC (Xeon Phi) tandis que deux calculateurs sont boostés par des GPU AMD. Point intéressant, 75 % des systèmes classés sont au minimum octocores (95 % sont au minimum hexacores).

 

D’un point de vue géographique, les Etats-Unis dominent toujours largement le paysage HPC mondial avec plus de la moitié des systèmes répertoriés, suivis de l’Asie (115 systèmes) et de l’Europe (102). En Asie, la Chine uniquement compte pour 63 entrées, deux de moins qu’en juin. En Europe, le Royaume-Uni, la France et l’Allemagne peuvent revendiquer respectivement 23, 22 et 20 des systèmes les plus puissants.

Côté Green500, carton plein pour NVIDIA. Il y a 6 mois, seuls deux clusters à base de GPU Tesla figuraient au top 10 des machines vertes. Désormais, tous les calculateurs de ce top 10 embarquent les accélérateurs de la marque. Pour comparaison, lors du classement de juin 2012, les vingt premières machines étaient des IBM BlueGene/Q. La machine la plus efficace cette année s’appelle Tsubame-KFC (rien à voir avec la friture de nuggets – encore que…). Installée au Tokyo Institute of Technology, elle affiche une efficacité énergétique de 4,5 Gflops par Watt et se positionne devant Wilkes (Université de Cambridge), machine européenne la plus efficace à 3,6 Gflops / W. Petit clin d’œil également à Roméo, la toute nouvelle machine de l’URCA, qui se hisse d’emblée en cinquième position (voir notre actu XXX à ce sujet). Il faut également remarquer une réelle montée en puissance des green systems. Si les précédents classements montraient des puissances crête relativement modestes, le top10 comprend maintenant 3 calculateurs pétaflopiques. Ca avance, moins vite qu’on aimerait, mais ça avance…

 

© HPC Today 2020 - All rights reserved.

Thank you for reading HPC Today.

Express poll

Do you use multi-screen
visualization technologies?

Industry news

Brands / Products index