Le HPC boosté par les usages d’entreprise
By   |  January 21, 2016

Le salon SuperComputing 2015 fut l’occasion d’entendre de la part des constructeurs de serveurs, que le secteur de l’entreprise affiche la plus forte croissance du marché. Cette tendance a contribué à la croissance de l’ensemble du marché des serveurs HPC de près de 12% à 11,4 milliards de dollars à fin 2015, selon IDC. Ce qui constitue une révision à la hausse des prévisions qu’IDC avait fait au début de l’année en partie à cause de l’adoption rapide des serveurs de calcul dans le secteur des services financiers.

« La combinaison du HPC et du Big Data permet de créer de nouvelles solutions », a déclaré Earl Joseph, Vice-Président HPC chez IDC, « avec une croissance particulièrement forte dans la simulation et l’analyse de données à forte intensité, et ajoutant beaucoup de nouveaux utilisateurs et acheteurs dans le secteur du HPC ».

Parmi les chiffres présentés, ceux qui ont le plus attiré l’attention concernaient le ROI, le retour sur investissement. Selon les dernières données d’’IDC, chaque dollar investi dans le secteur du HPC générait en moyenne 514,7 dollars en revenus. IDC estime que cette croissance sera soutenue sinon amplifiée l’année prochaine par les problématiques liées au stockage, en forte croissance également. Le chiffre d’affaires global du HPC au niveau mondial devrait être de 22,1 milliards de dollars.

La combinaison du Big Data et du HPC continue d’induire des changements dans la façon dont IDC définit et surveille ce marché émergent. Pour le qualifier, IDC a créé le terme High Performance Data Analysis (HPDA). Joseph Earl remarque que le HPDA fait émerger de nouvelles solutions et ajoute de nombreux nouveaux utilisateurs et acheteurs sur le marché HPC. Le secteur de la finance, par exemple, « a augmenté plus rapidement que ce que nous avons mesuré au cours des deux dernières années (environ 50% plus élevé). »

Actuellement, IDC a identifié quatre sous-segments en matière de HPDA :

Détection de la fraude – Ce segment porte sur l’identification de comportements suspects ou potentiellement suspects et leurs causes en utilisant l’analyse graphique, l’analyse sémantique, ou d’autres techniques d’analyse haute performance.

Marketing – Ce segment couvre l’utilisation de HPDA pour promouvoir les produits ou services, en utilisant généralement des algorithmes complexes pour discerner les caractéristiques démographiques des clients potentiels, de leurs préférences et habitudes de consommation.

Business Intelligence – Ce segment utilise HPDA pour identifier les opportunités business pour faire progresser les entreprises et leur compétitivité des entreprises, par une meilleure compréhension de leur activité, de leurs concurrents, et la dynamique évolutive des marchés dans lesquels ils évoluent.

HPDA commercial – Ce segment fourre-tout comprend toutes les charges de travail HPDA commerciales autres que les trois qui viennent d’être décrits. Au fil du temps, IDC prévoit que certaines de ces charges de travail pourront devenir assez importantes pour devenir des ous-segments à part entière. Par exemple, l’utilisation d’HPDA pour administrer de grandes infrastructures informatiques, et l’internet des objets.

Un futur segment HPDA, dit Joseph, sera la médecine de précision. Un exemple d’application portera sur l’analyse des résultats médicaux à des fins de diagnostic et la planification du traitement. Dans ce paradigme, l’histoire et la symptomatologie du patient sont inscrits dans une base de données.

Alors qu’un patient se trouvera toujours dans le bureau de son médecin, ce dernier sera en mesure de corréler les millions d’enregistrements archivés de patients souffrant de symptômes comparables pour obtenir des résultats pertinents. Le médecin pourra ainsi prendre en compte le taux d’efficacité des différents traitements pour les patients au profil pathologique similaire, sans être pour autant lié par les conclusions. En cela, le HPDA appliqué à la médecine peut devenir un outil décisionnel puissant.

Les organismes payeurs publics et privés ont longtemps favorisé le développement d’approches de médecine factuelle similaires dans lesquels les dossiers de populations entière de patients pourraient être examinées et évaluées afin de déterminer quels médicaments et thérapies sont utiles et doivent être approuvées. En théorie, le résultat dans les deux cas serait un meilleur taux de réussite et une réduction des pratiques aberrantes et coûteuses.

Le Cloud basé sur l’informatique HPC est à la hausse, tant en volume (on est passés de 13,8% des sites en 2011, à 23,5% en 2013 puis à 34,1% en 2015), tout comme le nombre de charges de travail en cours d’exécution.

Les autres conclusions du rapport IDC sont :

  • La reconnaissance croissante de la valeur stratégique du HPC contribue à stimuler les ventes haut de gamme.
  • Les acheteurs d’entrée de gamme sont aussi de retour dans un mode de croissance.
  • Les positions de part de marché des fournisseurs de HPC changeront considérablement en 2015.
  • La reconnaissance de la valeur stratégique / économique du HPC stimulera la course à l’exascale, avec des systèmes d’une puissance de 100PF en 2016. Les infrastructures exaflopiques devraient arriver entre 2022 et 2024.
  • Les processeurs non-x86 et pourraient modifier le paysage – Power, ARM mais aussi les coprocesseurs, les GPU et les FPGA.
  • La Chine occupera une place encore plus importante. Lenovo, bénéficiant de la croissance du marché domestique, confirmera ses intentions d’exportation. D’autres fournisseurs chinois envisagent de s’étendre à l’Europe.
  • L’influence croissante du datacenter dans la chaîne informatique aura un impact sur les options technologiques ouvertes au HPC, peut-être en fournissant de nouvelles approches.
  • Le HPC dans le Cloud gagne du terrain et les grandes questions sont à quelle hauteur et dans quel délai
  • .

Bien sûr il reste des points négatifs. Le logiciel reste un obstacle majeur. L’amélioration des logiciels de gestion et d’administration des ressources HPC sont indispensables et il y a une lacune persistante de logiciels parallélisés à l’intention de la majorité des utilisateurs. En outre, de nombreux applicatifs auraient besoin d’une refonte ou d’une réécriture majeure afin de pouvoir fonctionner dans les environnements HPC. Les clusters restent encore notoirement difficiles à déployer, à utiliser et à gérer. Les problématiques d’alimentation électrique, de refroidissement et d’espace au sol restent des enjeux majeurs. En outre, IDC indique que le HPC souffre encore d’un manque de support dans les environnements hétérogènes combinant processeurs et accélérateurs. Enfin, le stockage et la gestion de données sont de plus en plus des goulets d’étranglement compte tenu de l’accroissement sensible du volume de données.

© HPC Today 2019 - All rights reserved.

Thank you for reading HPC Today.

Express poll

Do you use multi-screen
visualization technologies?

Industry news

Brands / Products index