NVIDIA Maxwell : en toute discrétion…
By   |  March 09, 2014

NVIDIA ne nous avait jusque-là pas habitués à une sortie sans fanfare d’une nouvelle architecture de GPU. C’est pourtant ce qui vient de se produire avec la mise sur le marché de la carte GeForce GTX 750 Ti qui introduit l’architecture Maxwell, successeur de Kepler, très attendue par la communauté HPC mais peut- être moins par les gamers. Et pour cause, ce nouveau GPU discret ne surpassera pas de records en termes de résolution d’image. Il permet en revanche de doubler l’efficacité énergétique de la précédente architecture Kepler, une très bonne chose pour le marché mobile tel que celui des notebooks et des tablettes. Un avantage concret de cette efficacité énergétique est par exemple l’absence de connecteur externe PCI-Express pour alimenter le GPU : toute l’énergie provient de la carte sur laquelle il est branché.

Rappelons tout de même quelques caractéristiques du Maxwell. La performance globale est accrue de 35 % pour un ratio DP/SP de 1:4. La principale innovation provient de l’architecture des multiprocesseurs, les SMM (streaming multiprocessors) qui remplacent les SMX de Kepler et qui sont maintenant découpés en quatre plus petits blocs supportant 32 cœurs CUDA chacun, soit 128 par SMM, au lieu des 192 sur Kepler. Cette granularité combinée à une meilleure répartition de la charge des calculs permet d’améliorer l’efficacité du parallélisme. L’occupancy est ainsi doublée à condition que l’usage des registres et de la mémoire partagée ne soit pas le facteur limitant. Une autre caractéristique notable concerne le cache L2, plus large (jusqu’à 2 Mo). Enfin, le support de la mémoire unifiée est maintenant matériel et non logiciel comme avec Kepler.

© HPC Today 2021 - All rights reserved.

Thank you for reading HPC Today.

Express poll

Do you use multi-screen
visualization technologies?

Industry news

Brands / Products index