Total s’offre le plus gros cluster privé au monde
By   |  April 02, 2013

Beau contrat pour SGI ! C’est en effet le constructeur américain qui a été choisi par Total pour son nouveau supercalculateur baptisé Pangea (les noms français des gros clusters ont souvent quelque chose de plus poétique…). Installé à Pau, au Centre scientifique et technique Jean-Féger de Total (CSTJF), Pangea a pour mission d’aider à l’identification des réserves souterraines de pétrole et de gaz. Selon les responsables du département d’Imagerie et d’interprétation sismique de la compagnie, “Pangea va servir principalement à la prise de décision dans l’exploration de zones géologiques complexes, et à l’amélioration de notre efficacité dans la production d’hydrocarbures”. Il est question notamment de lui confier la réalisation de modèles analytiques et numériques permettant la visualisation 3D de formations géologiques souterraines. En détaillant ses objectifs, Total évoque pour ces modèles une résolution visuelle augmentée d’un facteur 10 par rapport à l’existant, soulignant que les données ainsi obtenues sont la clé de l’exploration et de l’extraction en conditions d’environnement extrêmes.

Le point intéressant, c’est la configuration du cluster – qui remplace la précédente plateforme SGI (déjà) Altix ICE 8200 de 106 TFlops mise production en 2008. Avec 110 592 cœurs Intel Xeon E5-2670, Pangea affiche 2.3 PFlops, ce qui le place d’emblée à la neuvième place du Top500 et au premier rang des clusters HPC privés dans le monde. Selon le communiqué officiel, il lui suffira de 2,8 MW d’alimentation, ce qui lui confère également une excellente efficacité énergétique. Toujours selon Total, la chaleur dissipée sera par ailleurs récupérée intégralement pour chauffer la totalité du CSTJF.

Compte tenu du volume de données généré par les tâches qui lui seront confiées, Total et SGI ont prévu large. Outre 442 To de mémoire vive, Pangea va disposer d’une infrastructure de 7 Po d’espace “scratch” pour le stockage de données temporaires, complétée par un SAN de 4 Po et d’un archivage sur bandes d’une capacité à peu près équivalente. C’est un système de fichiers LUSTRE que les ingénieurs de SGI ont choisi pour intégrer l’ensemble de leurs solutions.

Comme souvent pour ce type de projet, cette livraison n’est qu’une première étape. Estimé à environ 60 millions d’euros sur quatre ans, le programme prévoit un doublement des capacités de calcul en 2015. On peut penser qu’alors, Pangea intégrera un certain nombre d’accélérateurs parallèles.

Découvrez Pangea en vidéo

© HPC Today 2021 - All rights reserved.

Thank you for reading HPC Today.

Express poll

Do you use multi-screen
visualization technologies?

Industry news

Brands / Products index