Vers l’extrême et au-delà: Le Top 10 mondial des supercalculateurs HPC
By   |  December 14, 2015

A l’occasion du salon SuperComputing 2015 qui se tient à Austin au Texas, a été dévoilée la toute dernière édition du Top 500 qui rassemble les supercalculateurs de la planète. Voici le nouveau top 10 mondial de ces infrastructures au sommet de l’art.

Il en est des supercalculateurs comme des bons vins millésimés : ils se suivent mais ne se ressemblent pas, et seule petite une poignée parvient au firmament des étoiles de l’informatique de pointe en matière de recherche fondamentale, académique ou industrielle. Les supercalculateurs que nous vous présentons dans ces pages ont tous pour principal attrait d’être les plus performants dans leur catégorie qui regroupe l’élite des machines créées par l’homme. Ultratechniques, ces supercalculateurs sont paradoxalement également les plus inventifs en matière de conception, design et architecture. Car la moindre milliseconde gagnée sur un traitement, un transfert de donnée ou en fréquence d’horloge peut permettre d’économiser plusieurs millions de dollars dans cette course effrénée à la performance. Tel est l’enjeu de ce cénacle qui n’accepte que les meilleurs des meilleurs. Tour d’horizon.

N°1 : Tianhe-2, National Supercomputing Center, Chine
L’ordinateur le plus rapide du monde est au National Supercomputer Center à Guangzhou, en Chine. Avec des pointes à 33,8 PFlops / s, il est animé par 3 120 000 cœurs de processeurs Intel Xeon E5-2692v2. Il est utilisé pour la sécurité nationale, et prévoit de doubler sa taille.

N°2 : Titan, Oak Ridge Nation Lab, Etats-Unis
L’autre restant système Blue Gene / Q, Sequoia est installé au Lawrence Livermore National Laboratory en Californie aux États-Unis. Il dispose de la deuxième plus grand nombre de cœurs au total sur la liste, en utilisant 1.572.864 d’entre eux pour produire 17173 téraflops de performances.

N°3 : Sequoia, Lawrence Livermore National Laboratory – Etats-Unis
Sequoia est l’autre système Blue Gene / Q, Sequoia du nouveau Top500 et est installé au Lawrence Livermore National Laboratory en Californie aux États-Unis. Il dispose du deuxième plus grand nombre de cœurs au total sur la liste, en utilisant 1 572 864 d’entre eux pour produire 17 173 téraflops.

N°4 : K Computer, Fujitsu – Japon
La présence continue la plus longue dans le top 10 est K Computer de Fujitsu, qui manivelles sur une lourde 10.510 téraflops de performances, en dépit d’être l’un des systèmes moins éconergétiques sur la liste.

N°5 : Mira, Argonne Leadership Computing – Etats-Unis
Mira est l’un des deux systèmes Blue Gene / Q du nouveau top 10, affichant 8 596 téraflops. Mira est géré par le département américain de l’énergie au laboratoire d’Argonne situé dans la banlieue de Chicago.

N°6 : Trinity, Los Alamos National Laboratory– Etats-Unis
Trinity est le second des deux nouveaux venus dans le top 10, en prenant la sixième place avec une puissance de 8 100 téraflops. Il est le nouveau supercalculateur principal du laboratoire de Los Alamos au Nouveau Mexique.

N°7 : Piz Daint, Swiss National Supercomputing Center, Suisse
Le supercalculateur alpin nommé Piz Daint fonctionne à 6271 téraflops, grâce en partie à 73,808 Nvidia Tesla GPU noyaux agissant comme accélérateurs. Il est le système le plus efficace de l’énergie dans le top 10, délivrant 2697.2 mégaflops par watt de puissance.

N°8 : Hazel Hen, Université de Stutgart, Allemagne
Le premier des nouveaux entrants, Hazel Hen est le supercalculateur de l’Université de calcul haute performance de Stuttgart. Ses 5 640 téraflops aident l’Allemagne à conserver une place dans le top 10, malgré le départ de JUQUEEN de la liste la plus récente.

N°9 : Shaheen II, Université Roi Abdallah, Arabie Saoudite
Shaheen II, un supercalculateur académique situé à l’Université Roi Abdallah de l’Arabie saoudite de Science et Technologie, fait le top 10 pour la deuxième fois consécutive. Ses 196 608 processeurs Intel Xeon E5 cœurs de processeurs fournissent 5.537 terflops de puissance de calcul.

N°10 : Stampede, université d’Austin, Texas – Etats-Unis
Le supercalculateur Stampede de l’Université du Texas chute à la 10ème place sur la dernière liste, mais il reste encore une référence pour les chercheurs de cette institution, avec 5 186 téraflops de puissance de traitement.

© HPC Today 2019 - All rights reserved.

Thank you for reading HPC Today.

Express poll

Do you use multi-screen
visualization technologies?

Industry news

Brands / Products index