VMWorld 2015 : Cap sur les applications Cloud natives
By   |  November 10, 2015

A l’occasion de la conférence annuelle VMworld 2015, son CEO Pat Gelsinger a lors de la conférence d’ouverture a mis en avant les trois aspects stratégiques pour son entreprise. Ces derniers comptent : les technologies autour du Datacenter, la concrétisation de la stratégie logicielle en matière de mobilité d’entreprise, et l’impact du digital dans le monde du business. Il a en outre souligné le soutien de VMware pour accompagner la transformation numérique des entreprises.

La devise de VMworld cette année était “Ready for any” avec pour sous-titre de cette profession de foi, “One cloud, Any Application, Any device ». La justification de cet axe fort est que les applications sont en train de faire changer le monde vers le numérique et ce faisant, notre façon de travailler. L’objectif de VMware est de fournir une couche d’infrastructure unique pour aider les entreprises à appuyer leurs applicatifs traditionnels aussi bien que « Cloud natives ». Le challenge est de pouvoir gérer les applicatifs et workloads de façon uniforme.

L’autre fer de lance mis en avant de VMware est d’offrir aux entreprises la capacité d’accéder aux applications depuis n’importe quel terminal mobile en mode fluide sans déconnexion. Le thème sous-jacent permanent est la sécurité. L’objectif avoué est de changer de modèle de réseau en intégrant la sécurité + innovation pour les applicatifs et devices et données de bout en bout. Pat Gelsinger a ensuite embrayé sur cinq axes obligatoires pour l’entreprise en voie de transformation numérique. Nous avons laissé leur formulation en anglais, suivie de ce qu’elles recouvrent.

1/ Asymmetry in Business / Elephants must learn to dance
Les entreprises doivent apprendre à innover comme une startup, et délivrer comme une entreprise. Pour Gelsinger, le challenge n’est désormais plus d’aller plus haut, plus loin et plus fort, mais d’être plus réactif, plus rapide et plus adapté. Ce n’est plus l’entreprise la plus importante ou ancienne mais la plus rapide qui va l’emporter dans cette nouvelle ère.

2/ Now entering the professional era of Cloud / Unified Cloud is the future
Tout le système d’information deviendra forcément de plus en plus hybride avec l’avènement des objets connectés, des infrastructures réparties, l’hétérogénéité des services et des applicatifs. C’est le nouveau challenge pour le DSI et l’enjeu majeur autour des technologies Cloud et de l’unification des ressources.

3/ The Security Challenge / Protecting people, apps and data
Cette nouvelle ère pose également des enjeux majeurs autour de la sécurité. Globalement les budgets IT sont en phase de stabilisation, or les seuls budgets en croissance sont les budgets sécurité. Les budgets pour réparer les failles de sécurité sont de plus en plus importants pour compenser un environnement qui n’est pas forcément sécurisé à la base. Il est donc impératif de repenser la sécurité dans son ensemble et d’utiliser les nouvelles technologies autour du réseau (SDN), et de la mise en mode logiciel de tout ce qui est lié à la sécurité pour y arriver. Car c’est un passage nécessaire pour soutenir l’évolution et atteindre ses nouveaux objectifs. Pour Gelsinger, une nouvelle ère s’ouvre en matière de sécurité.

4/ The next wave of innovation / Proactive technology
Pour Gelsinger, la technologie proactive doit permettre d’automatiser presque tout. La capacité à capter et analyser les données en temps réel doit permettre d’aboutir à des systèmes intelligents qui savent analyser les comportements humains. Intelligence artificielle avec implications fortes autour de la donnée, manipulation, traitement et sécurité autour de la donnée.

5/ Tech-driven change reshapes the S&P 500 / Taking risks is the lowest risk
Gelsinger estime que 40% des entreprises n’existeront plus dans 10 ans faute d’avoir pris le virage technologique à temps pour proposer de nouveaux services. Il est par conséquent plus risqué de ne pas prendre de risques que d’en prendre pour aborder les nouveaux virages technologiques.

3 milliards de personnes connectées en 2025
Pat Gelsinger annonce qu’en 2025, 3 milliards de personnes seront connectées, avec pour fondation de ce monde digital, le Cloud. Et un énorme enjeu autour de la sécurité, dont elle devient l’un des prérequis fondamentaux. Au cœur de ces services digitaux, les besoins des entreprises doivent se transformer pour réussir et survivre. Il estime que VMware et sa maison mère, EMC, ont besoin d’améliorer leur intégration pour être pertinent sur un marché en pleine évolution, notamment en matière d’architectures avec des composantes techniques de stockage EMC.

Un business model qui change
Signe annociateur de changements d’envergure dans le business model de VMware, la part de virtualisation de VMware a décru pour se situer dans une fourchette comprise entre 35 et 40% de son chiffre d’affaires. Le reste est constitué d’activités non liées à la virtualisation. Les activités End User Computing seraient en train d’évoluer significativement, cependant les détails n’en ont pas – encore – été révélés. Cette approche d’intégration de type fédération prend la forme de vCloud Air, avec deux offres de stockage, basées l’une sur Google et la seconde de type Premium, sur EMC. Le tout faisant partie de l’initative EHC, Enterprise Hybrid Cloud, et ayant en commun vSphere en tant que couche d’infrastructure virtualisée.

Une plateforme Cloud hybride unifiée pour l’avenir
Signe de l’extension des métiers de l’entreprise, VMware se positionne comme un acteur qui compte en matière d’infrastructure Cloud pour les entreprises avec sa plateforme VMware Unified Hybrid Cloud platform autour de deux axes forts. D’une part la simplification de l’offre pour les entreprises avec l’intégration de EVO SDDC Manager, vRealize Suite, NSX 6.2, Virtual SAN 6.1 et vSphere 6 et pour unité de manœuvre le serveur, et d’autre part son extension, au travers de vCloud Air hybrid networking services, des mécanismes de synchronisation de contenu et de déplacement de worloads entre Cloud de types hétérogènes (cross-cloud) via vMotion, illustrée par une Tech Preview du projet Skyscraper. Cela pour être en mesure d’absorber des besoins en matière de cloud hybride voués à exploser pour passer de 22 Milliards de dollars aujourd’hui à 77 milliards en 2030. A tel point que l’adoption du Cloud hybride est qualifié d’enjeu d’industrie.

Automatisation de services entre Clouds
VMware poursuit en outre le travail en matière d’automatisation de services destinés aux entreprises comme aux Datacenter. Un exemple concret : la synchronisation des templates de machines virtuelles entre le cloud privé et le cloud public en mode miroir. Ou encore l’ajout d’extensions de réseau entre le cloud privé et le cloud public au travers de mécanismes dédiés nommés long-distance migration, Cross-vCenter migration et Routed vMotion network pour utiliser vMotion entre deux clouds public et privé et non seulement intersites comme par le passé. Cette plateforme permet en outre de collecter des informations pour faire du placement de VM en fonction des Clouds disponibles en matière de charge et de disponibilité. L’ajout d’un frontend local avec les données distantes permettra selon VMware, de débrider l’utilisation du Cloud public et ainsi limiter le shadow IT.

Nouveaux services vCloud Air dédiés au stockage et à la reprise après sinistre
Un autre axe de la plateforme Cloud de VMware est l’annonce de services vCloud Air destinées au stockage et à la sauvegarde de données au travers de vCloud Air Disaster recovery services, de vCloud Air mobile backend-as-a service, de vCloud Air object Storage, et enfin de vCloud Air SQL. L’objectif avoué étant d’apporter aux clients une extension de service en mode public (laquelle existe depuis près de deux ans) pour quatre types d’utilisation : protection de données ou de site, usage à la demande (ex DirecTV), applications mobiles, et pour le développement et le test d’applicatifs exécutés sur un Cloud public. Le catalogue de services continuera d’évoluer, avec notamment une amélioration de l’offre de récupération près sinistre (disaster recovery) en inaugurant dans un avenir proche un modèle de facturation à l’usage.

Cloud native applications, le nouveau crédo de VMware
VMworld a également été le théâtre d’une autre annonce majeure autour des applications Cloud natives, avec l’annonce d’une plateforme Cloud native, vSphere integrated containers. Cette offre intègre les technologies vRealize, vSphere, NSX et vSAN et en ajoute d’autres développées spécifiquement comme Instant Clone, le projet Bonneville (conteneurs aplicatifs) ou encore Photon OS, un système d’exploitation ultraléger sur base Linux d’à peine 27 Méga-octets. Le bénéfice mis en avant est de permettre aux entreprises de pouvoir conserver leurs effectifs, processus et méthodes de travail tout en investissant dans des applications de nouvelle génération, dont la caractéristique déterminante est d’être par nature non seulement fortement distribuées et résilientes, mais aussi vouées à être majoritairement développées en interne et pilotées par les directions métier.

La mobilité en ligne de mire
VMware a caractérisé ces applications Cloud natives comme étant capables de déborder du périmètre habituel qui leur est dévolu, pour concerner au travers d’applications distribuées sous forme morcelée à savoir de microservices, toutes les populations utilisatrices de terminaux mobiles. Ce nouveau paradigme remet l’utilisateur au centre de la proposition de gestion et d’administration, tout en leur proposant un portail d’accès single sign on. La gestion de ces utilisateurs étant dévolue au nouveau VMware Identity Manager Advanced. Les bénéfices mis en avant sont de trois ordres : accroître la mobilité du personnel, rationaliser les processus métier et réduire les coûts d’exploitation.

Un partenariat de circonstance
Toujours en matière de mobilité, l’entreprise a présenté le projet A² avec le concurrent devenu partenaire pour l’occasion, Microsoft. Ce projet recouvre la Tech Preview d’AirWatch pour la gestion des applications et AppVolume, un travail conjoint avec Microsoft. L’objectif étant ici d’offrir un framework de mise à disposition d’application pour les utilisateurs de Windows 10. Une initiative en phase avec les Universal Apps mises en avant par Microsoft pour la convergence d’applications pour desktop et mobiles et s’appuyant sur le mode de delivery des apps sur Windows 10 qui a évolué. S’appuyant sur AirWatch, cela complète l’offre de Microsoft pour couvrir les Smartphones et tablettes iOS et Android.

VMware Horizon passe à la 3D
VMware a profité de VMworld pour présenter ses dernières évolutions autour du VDI avec VMware Horizon avec Nvidia et l’intégration des technologies vSAN en matière de stockage. Toujours dans le registre de la VDI, le projet Enzo vise à automatiser l’infrastructure d’un Workspace portal jusqu’à l’utilisateur pour provisionner le matériel de manière automatisée, aussi bien en mode on premise qu’en mode DaaS/SaaS. Et reprenant le travail d’intégration et de packaging d’apps au sein de ce portail. Toujours dans ce contexte, vCloud Air supporte davantage d’OS en conservant une logique de conteneur applicatif.

© HPC Today 2019 - All rights reserved.

Thank you for reading HPC Today.

Express poll

Do you use multi-screen
visualization technologies?

Industry news

Brands / Products index