Interview: Yves Haggiag, Lenovo
By   |  April 27, 2016

HPC Review : Pouvez-vous nous présenter l’activité HPC de Lenovo ?
YH : Historiquement, IBM a toujours été très présent sur le marché du HPC, avec des machines conçues autour des processeurs POWER entre 2000 et 2003. A partir de 2003, IBM a commencé à intégrer les processeurs Nehalem d’Intel, et 2008 marque la bascule vers des plateformes uniquement basées sur des processeurs Intel. Début 2015, Lenovo a acquis la division serveurs IBM System X à base de processeurs x86 pour la somme de deux milliards de dollars. Lenovo disposait déjà d’une gamme de serveurs, mais cela a permis d’élargir considérablement notre gamme de solutions. Cette acquisition a permis à Lenovo d’entrer de plain pied dans le secteur du HPC, puisque sur la liste des supercalculateurs du TOP500, 150 étaient signés IBM. Lenovo a donc logiquement pris la place qu’occupait IBM sur ce marché.

HPCR : Quelle est votre stratégie en matière d’architecture pour vos supercalculateurs ?
YH : Lenovo n’a pas pour volonté de développer des architectures spécifiques. Notre stratégie consiste à adresser des problématiques avec des solutions standard, et à intégrer les standards du marché. En matière d’interconnexion par exemple, nous intégrons notamment aussi bien la technologie de Mellanox que celle d’Intel (OmniPath). Le HPC est devenu dans une certaine mesure un marché en volume. Non pas que les ventes de supercalculateurs aient explosé, simplement chacun d’entre eux comprend des centaines, voire des milliers de serveurs. Et c’est sur ce marché en croissance forte que nous avons choisi de focaliser notre stratégie.

HPCR : Quels sont les axes de développement poursuivis par la R&D de Lenovo ?
YH : La R&D de Lenovo met l’accent sur les cœurs de métier, et travaille à améliorer la densité et la performance de nos offres. Lenovo cherche constamment le meilleur ratio prix/performances à partir d’éléments réseau et interfaces qui sont standard à hauteur de 80 à 90% sur l’ensemble des éléments constitutifs de nos supercalculateurs. Cette recherche s’inscrit dans le cadre de notre stratégie Netscale, laquelle suit de très près la roadmap processeurs d’Intel. Cela nous permet d’avoir un time to market de quelques semaines seulement.

HPCR : Comment voyez-vous évoluer le secteur du HPC ?
YH : C’est un marché qui est en très forte croissance, avec une consommation essentiellement réalisée par de grosses entreprises, de grands groupes industriels, des groupements bancaires ou des centres de recherche. Ces clients traditionnels ont un taux d’occupation ressources de leurs infrastructures HPC de l’ordre de 80% minimum, et leurs besoins d’optimisation des processus pour leur business allant croissant, leurs besoins de ressources HPC suivront le même chemin.

HPCR : Comment voyez-vous évoluer la part des GPU dans vos solutions ?
YH : En observant les usages de nos clients, nous ne voyons pas l’utilisation des GPU croître hormis pour satisfaire des besoins très spécifiques de type VDI et affichage 3D. C’est à mettre en rapport avec la faible proportion de code optimisable dans les applicatifs exploités dans le cadre de leurs activités respectives, majoritairement de type legacy. Car cela reste complexe de transformer leur code exécutable par un GPU. Seules certaines portions de code circonscrites présentent un intérêt à être adaptées ou redéveloppées pour tirer parti de ressources de calcul GPU, comme dans le cas de l’analyse sismique, par exemple. Cela explique que le GPU ait du mal à sortir de son marché. A plus forte raison lorsque le GPU est concurrencé dans une proportion majoritaire des traitements numériques par le processeur Xeon Phi d’Intel, lequel renforce la puissance de traitement des architectures à dominante CPU.

HPCR : Pouvez-vous nous dresser un panorama de l’utilisation faite par vos clients du HPC ?
YH : La grande majorité des contextes d’utilisation de nos clients existants font un usage intensif de ressources compute sur base CPU. Ce qui est intéressant est qu’ils étendent leurs usages du HPC, ce qui devrait renforcer la croissance de ce secteur. La raison étant que les usages de nos clients croissent dans deux directions concomitantes. D’une part la puissance de calcul dont ils disposent à ce jour est constamment sollicitée pour des usages existants mais de plus en plus poussés en matière de précision ou d’étendue, et d’autre part de nouveaux usages font leur apparition pour répondre à des besoins émergents afin d’ alimenter leur activité en matière de big data et d’analytique, de machine learning ou de lutte contre la fraude.

HPCR : Comment accompagnez-vous vos clients pour satisfaire leurs nouveaux besoins ?
YH : Lenovo dispose d’un centre d’innovation HPC européen à Stuttgart composé d’une cinquantaine d’experts. A ce groupe s’ajoutent des experts locaux dans chaque pays pour définir des Proof of Concept lorsqu’ils sont demandés par nos clients. Ces compétences multidisciplinaires combinent le matériel, le logiciel, l’interconnect, etc. pour répondre à des use cases existants ou en devenir.

HPCR : Pensez-vous que l’IoT aura une incidence en matière de HPC ?
YH : Je pense que l’IoT aura certainement un impact mais il est encore difficile à déterminer, car il n’a pas encore d’incidence mesurable sur le HPC traditionnel. Cependant, si le big data est d’un point de vue algorithmique prêt à se nourrir de l’explosion de données annoncée par l’internet des objets, l’infrastructure sous-jacente devra encore évoluer pour soutenir la charge des milliards d’objets connectés prévus d’ici quelques années.

HPCR : Voyez-vous certains secteurs du HPC concurrencés par les plateformes hyperconvergentes très en vogue en ce moment ?
YH : Pas vraiment. L’ironie de l’histoire est que ces plateformes empruntent en réalité des concepts et des technologies au HPC ! Mais qu’elles sont conçues et restent adaptées à des usages relativement restreints, complétant les besoins des entreprises en premier lieu mais par le bas, et dans un rôle complémentaire ou partiellement supplétif à une infrastructure système classique. Pour les usages d’envergure industrielle qui justifient l’innovation et les investissements tout aussi d’envergure, le HPC dans son acception la plus pure et donc la plus performante, a encore de beaux jours devant lui !

© HPC Today 2019 - All rights reserved.

Thank you for reading HPC Today.

Express poll

Do you use multi-screen
visualization technologies?

Industry news

S01-170208

Brands / Products index

S02-ISC2018-171211