Baies de stockage : pourquoi faire le choix du Full Flash de dernière génération ?
By   |  May 31, 2016

En quelques années, les baies de stockage ont connu une petite révolution avec l’apparition et la propagation de la technologie Flash. Parvenu à sa quatrième génération, le Full Flash a aujourd’hui tout pour séduire.

Stockage Flash : pour la petite histoire…
Pendant que les technologies disques se concentrent sur l’augmentation de la volumétrie, les technologies CPU misent sur l’augmentation de la puissance de calcul, qui double, selon la fameuse loi de Moore, tous les 18 mois. Le disque mécanique à 15 000 tours/minute, sorti à la fin des années 1990, ne peut donc plus suivre, en particulier en termes de performances dans les baies de stockage. Résultat : les performances applicatives se retrouvent coincées par un plafond de verre.

Mais depuis 2010, une petite révolution est en marche, avec la chute régulière des coûts des disques Flash, beaucoup plus rapides. Associées à des disques mécaniques, sont alors apparues des baies de stockage « hybrides » ou « de génération 2 », qui profitent à la fois des performances du Flash et de la volumétrie offerte par des disques. Le tout pour un coût optimisé.

Nécessitant des adaptations particulières (extension de cache sur disque SSD, tiering automatique sur Flash…), cette seconde génération a rapidement donné naissance à la troisième, entièrement composée de disques Flash, et conçue comme telle. Une nouvelle génération aidée, naturellement, par l’amélioration constante du rapport volume/prix du stockage Flash.

Full Flash de génération 4 : à nouvelle techno, nouvelle baie !
Une fois l’ensemble des disques mécaniques remplacés par des disques Flash, on aurait pu s’en contenter. Mais c’était sans compter sur le besoin toujours plus prégnant d’amélioration des performances. Car utiliser une technologie Flash dans une baie traditionnelle n’est pas optimal, en raison notamment des contrôleurs historiques présents sur ce type de baies, et qui n’ont pas été conçus à l’origine pour gérer les spécificités du Flash.

Sans compter qu’avec seulement 2 contrôleurs, ces baies traditionnelles ne sont pas en mesure d’adresser la totalité des performances que les disques Flash peuvent délivrer. Jusqu’à dix disques, cela ne posera pas de problème, mais au-delà, les performances des storage processors traditionnels risquent d’en pâtir.

Au contraire, des baies nativement conçues pour les technologies Flash, grâce à leur mode d’architecture dit Scale-out, permettent de bénéficier pleinement des performances d’un ou de deux storage processors. Et ainsi de faire croître de manière linéaire, et surtout parallèle, la volumétrie et les performances.

Au-delà de l’architecture, les baies de stockage Full Flash apportent également de nombreuses fonctionnalités, parmi lesquelles le thin provisionning, la deduplication block ou encore la compression. Le tout en natif, sans fine tuning ou design particulier. C’est là que se situe la nouveauté.

Enfin, l’amélioration de la durée de vie des disques Flash (grâce à la déduplication à la volée, qui évite d’écrire 2 fois la même donnée) et la protection des données (grâce au nouveau système RAID optimisé pour les baies Full Flash et correspondant au niveau RAID 6) comptent également parmi les principales avancées des baies de stockage de génération 4.

Performances applicatives : l’expérience utilisateur, et plus encore
Quand on pense “performances applicatives”, on pense généralement à l’expérience utilisateur. Et c’est souvent le cas : une architecture composée de baies de stockage de dernière génération va, à ce titre, fortement impacter positivement les performances “visibles”.

Les temps de batch sont ainsi accélérés de plusieurs minutes, voire plusieurs heures, les temps de réponse des bases de données, analytiques comme transactionnelles, réduits à quelques millisecondes, et les performances de calcul (HPC) sont améliorées grâce à l’accélération des scratch zones et home directories. Le constat reste identique pour l’encodage des vidéos (qui nécessitent beaucoup de lecture et d’écriture en séquentiel) ou la livraison des VDI (Virtual Desktop Infrastructure), qui restent actifs même lors des phases de clonage.

Mais l’amélioration des performances applicatives résultant de l’implémentation des baies de stockage Full Flash peut aussi avoir des bénéfices plus globaux. Avec par exemple la réduction des cycles de mise en production : les duplications d’environnement, plus rapides, permettent en effet d’accélérer les différentes phases d’un projet (développement, qualité, pré-prod, etc.).

Enfin, choisir des baies de quatrième génération, c’est aussi un geste écologique. Avec des capacités bien supérieures aux disques mécaniques, les disques Flash permettent en effet d’optimiser l’empreinte au sol, tout en étant beaucoup moins gourmands en énergie consommée, ou utilisée pour leur refroidissement.

A propos de l’auteur
Thomas Leconte – Team Leader Avant-vente au sein de la société MTI France, intégrateur européen spécialisé dans les solutions d’infrastructure depuis plus de 25 ans.

© HPC Today 2019 - All rights reserved.

Thank you for reading HPC Today.

Express poll

Do you use multi-screen
visualization technologies?

Industry news

Brands / Products index