D-Wave 2 : l’ordinateur quantique 2.0
By   |  June 15, 2013

Vue indirecte des composants D-Wave.

HPC, pas HPC ? Le débat reste vif. Toujours est-il que la deuxième itération de l’ordinateur quantique de D-Wave sera déployée à l’automne au Quantum Artificial Intelligence Lab, un projet commun à plusieurs acteurs dont la NASA et Google. Annoncé pour une capacité de 512 qubits, il devrait être mis à contribution pour la recherche automatique d’exoplanètes et la reconnaissance vocale intelligente, notamment, puis proposé à la communauté scientifique pour des travaux académiques. La technologique quantique trouve dans ce déploiement, qui fut précédé d’une batterie de tests d’acceptation rigoureux, des supporters de renom. IDC estime par ailleurs que le temps est venu pour les grandes organisations publiques et privées d’explorer le potentiel de cette approche fondamentalement différente du HPC.

Un ordinateur quantique, rappelons-le, offre l’avantage de se trouver dans plusieurs états simultanément. Une machine de 4 qubits permet ainsi 2^4, soit 16 états simultanés. Cette capacité croit exponentiellement, de sorte que les possibilités offertes par D-Wave 2, avec ses 512 qubits, sont… disons très larges. C’est ce parallélisme essentiel qui fait l’intérêt de la machine, car il offre la possibilité d’examiner un grand nombre de solutions possibles plus vite que n’importe quel calculateur classique. Le problème, c’est que les résultats quantiques sont probabilistes. Ils doivent être vérifiés après coup. C’est d’ailleurs dans ce domaine aussi que les ingénieurs travaillent, en exploitant des phénomènes d’interférences qui permettent d’orienter les procédés de validation. On attend donc impatiemment les premiers retours d’expérience. Vous aussi, probablement…

© HPC Today 2019 - All rights reserved.

Thank you for reading HPC Today.

Express poll

Do you use multi-screen
visualization technologies?

Industry news

Brands / Products index