HPC dans le cloud – Le réseau, talon d’Achille du cloud ?
By   |  November 29, 2013

OVH a choisi de se doter de son propre backbone optique pour interconnecter ses datacenters. Objectif de bande passante pour 2014 : 5 Tbit/s sur le continent européen.

(Cet article fait partie de notre dossier HPC Dans Le Cloud)
 
De nouveaux entrants s’intéressent désormais au marché du calcul intensif déporté. C’est le cas d’Acropolis Telecom, ancien opérateur de Centrex IP qui s’est positionné sur le cloud computing depuis 2011. A son catalogue, de la location de machines virtuelle VMware vReality et de la location de serveurs physiques. Pour Samir Koleitat, P.-D.G. de l’entreprise, le contexte est porteur : “On récupère des clients Amazon qui cherchent des plateformes plus performantes et hébergées en France, ce qu’Amazon ne peut bien évidemment pas garantir…” Dans ce cadre, Acropolis propose une offre HPC depuis quelques mois. Originalité de la proposition : elle couple hébergement des machines virtuelles et accès en fibre optique. “Lorsqu’une entreprise va vouloir travailler sur une plateforme cloud située aux Etats-Unis, c’est au débit Internet qu’elle va envoyer ses données et récupérer ses résultats. Sur le cloud computing, surtout en contexte HPC, ce n’est clairement pas la bonne approche. Ce que nous proposons à nos clients, c’est un accès fibre optique à 1 ou 10 Gbit/s, et cela change tout.

Acropolis propose de la puissance de traitement sous la forme de trois niveaux d’instances virtuelles facturées à la seconde d’utilisation. Pour pousser son avantage face au géant américain, elle a choisi de s’allier avec l’opérateur de cloud souverain Numergy : “On travaille avec eux pour faire du burst : en cas de pic de charge important et imprévu, on est capables de faire du débordement sur leurs serveurs” explique Samir Koleitat. Le cloud souverain : une carte forcément gagnante après les révélations d’Edward Snowden…

Cette prégnance du réseau, on la retrouve aussi chez OVH. L’hébergeur n° 3 mondial a interconnecté l’ensemble de ses datacentres européens et américains avec son propre réseau optique, condition indispensable pour garantir un haut niveau de qualité de service. De 2,5 Tbit/s sur l’Europe, la bande passante passe progressivement à 5, une chiffre qui permet d’envisager sereinement toutes les charges de calcul intensif. D’autant qu’elle s’accompagne de 33 points de peering grâce auxquels les clients peuvent se connecter à ce backbone à très haut débit au plus près de leur site. Si l’utilisateur le souhaite, un VPN multipoints peut également sécuriser les échanges.
 
(Dossier HPC Dans Le Cloud : article précédent | suivant)
 

© HPC Today 2020 - All rights reserved.

Thank you for reading HPC Today.

Express poll

Do you use multi-screen
visualization technologies?

Industry news

Brands / Products index